Allaitement : Le sevrage

Et voilà pour boucler mon aventure d’allaitement, il me fallait parler du sevrage de MissBB. Je t’avais  rapidement parlé de celui de Minimoi ici.

 

Le sevrage c’est quoi?

Le sevrage, c’est la cessation de l’alimentation lactée chez l’enfant.

Lorsque l’on allaite un enfant, le processus de sevrage se fait soit de façon induite, soit de façon naturelle.

Il faut savoir que dès le moment où l’enfant introduit autre chose que du lait maternel dans son alimentation, le processus se met en route.

 

Quand sevrer son enfant ?

Il n’y a pas de date butoir. C’est selon toi et ton enfant. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il ne faut se sentir prête, faire les choses en douceur.

Il ne faut pas se forcer à allaiter si tu ne le souhaites pas/plus. Si tu allaites, il ne faut pas arrêter pour de mauvaises raisons du genre « quoi tu allaites ENCORE?? ». Je pense que toute femme ayant un allaitement long a déjà entendu ça!

 

Comment faire ?

Comme je le disais plus haut, en douceur. En écoutant son corps et son bébé ! Plus on prend son temps, plus cela se passe bien et on évite les désagréments type engorgement.

Généralement on conseille de sauter la tétée la plus « simple ». Souvent celle du goûter et proposer un biberon à la place. Puis, petit à petit remplacer une par une chaque tétée par un biberon.

 

Mon experience :

J’avoue, cela n’a pas été aussi simple que la théorie… Le « pic de croissance » des 6 mois a complètement déréglé MissBB qui faisait ses nuits. Nous étions revenus à un rythme de tétées toutes les 2H30-3H. Et ce, dès ses 5 mois et demi.

La fatigue a eu raison de moi et j’ai souhaité introduire le lait artificiel. Tu sais le biberon du soir pour la caler un peu pour dormir… Tu vois de quoi je parle ? Et bien, cela n’a pas marché. J’ai essayé à d’autres moment mais rien a faire elle ne voulait pas le boire.

J’ai donc laissé tombé et j’ai continué d’allaiter. Et puis de toute façon je n’étais pas prête pour stopper cette aventure.

Malheureusement, le rythme n’a pas changé et cela a continué jusqu’à ses 7 mois ! De là, poussée dentaire bonjour, elle a commencé a réclamer jour et nuit toute les 2 h! Nous étions en vacances, je peux dire que ce n’était pas du tout reposant !

A notre retour chez nous, avec 2 petite dents en plus pour bébé, j’en avais assez. Je ne me sentais plus en phase, j’étais épuisée. L’allaitement m’agaçait de plus en plus. Je n’y prenais plus de plaisir.

Aussi, je voulais retrouver mon corps. Entre la grossesse et l’allaitement cela faisait un moment que je le partageais avec ma fille. C’était une belle aventure, mais j’avais besoin de me retrouver !

J’ai donc attaqué le sevrage autrement, et cette fois-ci bien décidée à stopper l’allaitement !

Avant chaque tétée j’ai commencé à lui proposer un biberon puis je lui proposais le sein pour « terminer »…. 30 ml d’abord, puis 60 ml, puis 90 ml etc… A chaque foi qu’elle terminait un biberon, la fois suivante j’augmentais la quantité….

Cela a pris une quinzaine de jour à son rythme en douceur. Je lui ai beaucoup expliqué que maintenant je ne lui donnerai plus le sein, que le biberon c’était bien aussi. Je n’ai pas eu de soucis, même si j’ai pas mal exprimé mon lait à la main ou au tire-lait pour éviter les engorgements.

Le jour de ses 8 mois elle a pris ce qui allait être la dernière tétée…. Et même si on a décidé d’arrêter… Cela fait tout de même un petit pincement dans mon cœur de Maman.

 

Et depuis ?

Nous avons pris un rythme plus sympa. Je retrouve du temps de libre dans la journée. Les nuits sont aussi redevenues complètes et ça….Je te le cache pas, même si le sommeil n’est pas de super qualité (réveil sucette pour l’une et de l’eau pour l’autre par exemple) cela fait beaucoup de bien !

Le plus difficile finalement ? Ne plus calmer Bébé pour tout et n’importe quoi en passant par la tétée ! 
Fatiguée, besoin de succion, besoin de câlin, douleurs hop au sein c’était magique !

Alors, j’ai appris à l’apaiser autrement, câlins, sucette (elle prenait son pouce mais depuis qu’elle a percé ses dents elle ne le prend plus). Le portage (en sling) m’a beaucoup aidé aussi. Et les biberons….elle ne les prend qu’avec moi !

Donc le lien formé avec l’allaitement est toujours présent. Et je suis fière de l’avoir allaité aussi longtemps.

 

Bref… pour arrêter son allaitement, il faut s’écouter et écouter son bébé. Soyez prêts et n’écoutez que vous ! Après tout, c’est VOTRE allaitement !

C’était votre décision d’allaiter, c’est à vous de savoir quand le terminé. Qu’il dure 3 jours comme 3 ans !

 

N’hésite pas à me laisse un petit commentaire pour partager ton experience !

@ bientôt !

Angie 

 

15 commentaires sur “Allaitement : Le sevrage”

  1. Je n’ai pas allaité Loulou, et j’avoue que pour le prochain enfant je n’allaiterai pas non plus. C’est un choix que j’assume parfaitement !

    Quand on allaite un enfant, c’est combien de têtée par jour ? Et la nuit ? 🙂 !

  2. Je me retrouve tellement dans votre histoire… Mon Basilou va avoir bientôt 9 mois et je l allaite toujours matin et soir (et des petits reconforts pendant la nuit! 😜). Alors qu’il prend des biberons à la crèche, dès qu on rentre, il me tire les vêtements pour avoir sa tétée… Bref, il n’est pas prêt à être sevré! Notre lien est très fort, petit poids à la naissance, peau à peau durant tout le séjour A la maternité, dodo uniquement sur maman les 2 premiers mois… Et malgré qu’il grandit, rampe partout, il a toujours autant besoin du réconfort de sa maman… Alors malgré la fatigue (4-5 réveils par nuit), ces moments sont toujours aussi précieux que je tente de continuer à lui offrir…

  3. Bonjour,
    C’est vrai qu’en fonction des enfants et des mamans cette phase se passe plus ou moins difficilement.

    De mon côté, ce fut assez simple en fait. Ma fille ayant eu du muguet à la naissance a connu le biberon assez tôt. Car elle ne prenait pas de poids :/ Mais c’était mon lait que je tirai …
    Et lorsque j’ai du reprendre le travail (trop tôt à mon goût), j’ai du arrêter l’allaitement (au début en journée seulement, je continuai le matin et le soir et parfois la nuit). Et ce fut un rythme assez difficile à tenir pour moi avec le travail. Donc j’ai du arrêter complètement (à mon grand désespoir) pour pouvoir ne pas m’endormir sur la route du travail le matin…

    Mais ma fille n’y a vu que du feu et elle a pris le biberon sans souci. Heureusement sinon, je n’aurai pu tenir le coup je crois :/

    J’espère pouvoir allaiter plus longtemps le prochain. Car se fut très difficile pour moi contrairement à ma jolie princesse 🙂 En même temps il vaut mieux dans se sens là 😉

    Douce soirée,
    Lili <3

    1. merci pour ton témoignage, oui c’est plus « simple » dans ce sens là, même si c’est jamais idéal !

Laisser un commentaire